Agroécologie, économie circulaire

02.11.2016

L’agro-écologie, l’économie circulaire et la bioéconomie

Un peu de clarification s’impose parmi les concepts d’agro-écologie, d’économie circulaire et de bioéconomie, souvent revendiqués, fréquemment confondus mais rarement bien compris !

- Le terme d’agro-écologie a été utilisé pour la première fois en 1928 par Basil Bensin, un agronome américain d’origine russe, et présenté comme la base scientifique d’une agriculture alternative.

Pour autant, le « projet agro-écologique pour la France » lancé par le Ministre Stéphane Le Foll, et concrétisé par la Loi d’avenir de 2014, va bien au-delà du seul concept scientifique. C’est une stratégie mobilisatrice qui vise à concilier opérationnellement les performances économiques et environnementales (et sociétales…) de l’agriculture française. Il s’agit donc bien de produire autrement, c’est à dire « mieux », mais toujours efficacement et avec productivité, c’est à dire « plus », face aux enjeux criants de la démographie mondiale croissante, ainsi que devant les besoins annoncés en produits non alimentaires bio-sourcés.

- L’économie circulaire réinvente en fait le recyclage, pratique on ne peut plus ancienne et familière, particulièrement pour les papiers-cartons, le verre, les métaux et les plastiques (le recyclage et la réutilisation étaient un principe de base naturel, notamment dans nos économies rurales des siècles précédents).

Aujourd’hui, l’économie circulaire « reformalisée » désigne un concept économique plus large qui s’inscrit dans le cadre du développement durable et qui s’inspire notamment des notions « d’économie verte », « d’économie de l’usage » et « d’écologie industrielle » (laquelle veut que le déchet d’une industrie soit recyclé si possible comme matière première dans une autre industrie. C’est le cas dans les bioraffineries par exemple). Une telle économie fonctionne en boucle en se passant théoriquement du « stade déchet », si possible, et en limitant ainsi la consommation de matières premières et d’énergie.

- La bioéconomie, enfin, se définit comme la production et la mobilisation des produits de la photosynthèse végétale, ainsi que par leur transformation en aliments, fertilisants organiques, matériaux, bases chimiques et bio-énergies variées. La bioéconomie permet de remplacer partiellement et sobrement l’usage de ressources et de productions épuisables d’origine fossile.

Les trois notions qui précèdent n’offrent en fait aucune contradiction entre elles, mais au contraire une complémentarité durable et vertueuse… L’Agro-écologie produit plus et mieux (idem pour la sylviculture durable), tandis que l’économie circulaire se veut économe de la matière pour que « rien ne se perde », et que la bioéconomie enfin (qui intègre les deux concepts précédents par nature) s’appuie sur la valorisation de ressources renouvelables issues de la photosynthèse. Il n’est pas inutile de revisiter un peu me passé à cet égard…

Un peu d’histoire

Durant les 5 000 ans qui nous ont précédés, et jusqu’au 19e siècle, l’essentiel de nos ressources de base étaient d’origine bioéconomique, ou générées par le vent, l’eau ou le travail des hommes. Mais la population sur notre planète restait encore très limitée. Puis, le 19e siècle nous a apporté le « charbon de terre » en remplacement du bois, dont les ressources se raréfiaient. Et ce fut ensuite, parallèlement au charbon, la maîtrise du pétrole et de l’électricité, (puis du gaz, beaucoup plus tard) qui ont permis une deuxième révolution industrielle et sociétale, avec l’émergence d’une nouvelle civilisation technologique fortement dépendante de l’énergie fossile.

La bioéconomie, qui avait ainsi été dominante durant des siècles, semblait devoir plus ou moins disparaître de nos modes de vie et de développement dits « modernes » (sauf bien sur dans l’alimentation, le bois et le papier… et dans les pays en développement).

Or, nous abordons désormais une troisième période où, avec une population pressentie de 10 milliards d’habitants sur Terre, devant les risques de pénuries de ressources fossiles et face aux défis de la dérive climatique, la bioéconomie réapparait, légitimée, et fait naître de nouvelles ambitions et de nouvelles stratégies… Elle suscite de toutes parts des intérêts (et des polémiques…), grâce à son efficacité renouvelable, à sa sobriété, à sa diversité, et grâce aux externalités attractives qui la caractérisent (dont l’emploi), même si les bio-ressources, tout en étant renouvelables, restent bien entendu limitées. D’où l’obligation, d’ailleurs, de promouvoir sans réserves la sobriété de nos comportements et de nos organisations, tout en développant des technologies extrêmement innovantes et efficaces pour une meilleure utilisation de toutes nos ressources.

agroécologie n°8

Le CLUB des Bioéconomistes