Fotolia_41283665_M-960x300-960x288

Présentation


Une association de personnes, d’entreprises et d’organismes publics et privés…

Un objectif : sensibiliser et informer sur les enjeux et la nécessité d’une agriculture et d’une sylviculture véritablement durables, productives et efficaces pour garantir la diversité et la compétitivité de leurs filières aval de transformation face aux besoins planétaires croissants, alimentaires et non alimentaires (bio-économie).

Une ambition : nous préparer à affronter les défis critiques du siècle que notre planète et nos sociétés devront relever : démographie, climat, économie, alimentation, énergie et equilibre des écosystèmes. Il en va à la fois de la satisfaction des besoins de l’humanité et de la gestion durable des ressources naturelles.

tripleA Un ouvrage de référence : Les « triples A »  de la bio-économie Éditions L’Harmattan – novembre 2012

« Les analyses développées dans cet ouvrage montrent l’agriculture et la forêt dans une perspective durable, solidaire avec leurs industries. Elles permettent de voir « loin et large » pour mieux dépasser les polémiques et les politiques sectorielles. On peut y mesurer les multiples avantages de cette « croissance verte », mais aussi ses limites, toujours dans cette triple logique de productivité, de sobriété et de diversité » (Jacques Brulhet)


  Le réseau du CLUB des bio-économistes

A l’occasion d’un grand colloque qui fut organisé le 12 décembre 2012 à Bercy sur le thème de « L’économie verte au service de la croissance », les principaux enjeux et les ressorts de la bio-économie (c’est à dire la production et la valorisation de la biomasse d’origine photosynthétique) furent analysés et commentés devant près de 400 responsables économiques et institutionnels, avec la participation de journalistes, d’experts et de témoins français ou étrangers du plus haut niveau.

7 Rz_PERS007[1] foule de personneLes néo-filières de transformation de la biomasse (pour l’énergie, la chimie, les matériaux…) sont toutes renouvelables et sobres. Elles n’ont certes que 20 à 30 ans d’existence mais elles réalisent déjà près de 14 Mds€/an de chiffre d’affaires en France, avec la création nette d’environ 70 000 emplois nouveaux, le tout venant s’ajouter aux bio-filières plus traditionnelles du bois-papier et de l’agro-alimentaire (600 000 emplois au total) qui furent et restent massivement et historiquement les fondements de la bio-économie.

Au total, la bio-économie contribue ainsi pour plus de 5 % à l’approvisionnement de l’ensemble de nos marchés nationaux des matériaux, de la chimie et des énergies, carburants compris (biocarburants). Ce sont autant d’hydrocarbures fossiles et de ressources minérales qui sont substitués et économisés, et qui ne sont pas importés. Ce sont aussi des contributions majeures à la maîtrise du changement climatique par le remplacement de sources fossiles épuisables et très émissives de gaz à effet de serre. Un doublement de ces performances est d’ores et déjà prévu en France pour 2025/2030, et plus encore vers le milieu du siècle ! La France figure donc ainsi parmi les cinq grands pays les plus « bio- dynamiques » au Monde (USA, Brésil, Chine, France, Allemagne) en vue de préparer « l’après pétrole ».

Face à de tels défis, qui sont l’essence même du développement durable, de nombreux experts, professionnels, industriels et chercheurs ont très vite compris qu’il était indispensable de s’unir, pour informer et promouvoir les acquis et les atouts sans équivalent de cette bio-économie renaissante. C’est ainsi que fut créé le CLUB des Bio-économistes en 2012.

Le CLUB vise à favoriser le développement de la bio-économie par l’information et l’éducation. Son approche consiste notamment à anticiper et à vulgariser les besoins croissants de nos sociétés, lesquelles sont confrontées désormais à la perspective d’« un monde fini » (Philippe Chalmin). Cette ambition explique en particulier l’ouverture très large des réseaux et des adhérents du CLUB des Bio-économistes, dans les domaines d’activité les plus variés. Au-delà même des structures institutionnelles, le CLUB des Bio-économistes associe en particulier des acteurs de l’agriculture, l’agroalimentaire, la sylviculture, la filière bois-fibres, les biodéchets, l’écologie, la finance, l’innovation industrielle, les collectivités, l’économie pétrolière, les combustibles, la méthanisation, la chimie, la cosmétique, les matériaux, la construction, la prospective, la recherche, l’enseignement, l’édition et la communication… Tous ces réseaux permettent de mieux valoriser le champ du développement durable allant « de la photosynthèse à l’industrie, de l’innovation aux marchés… ».

(source photos : Photolibre)

Le CLUB des Bio-économistes club.bioeco@gmail.com www.leclubdesbioeconomistes.com